Archive

Posts Tagged ‘forêt’

Nous donner l’indigne honneur de nous sacrifier

Pascal GagnonRien n’est simple dans le dossier des aires protégées.  C’est un dossier crève-cœur où les leaders du milieu et l’industrie se voient octroyer la tâche ingrate de déterminer quels endroits seront soustraits à l’exploitation forestière. Pour se maintenir en vie, notre région doit décider de quelle manière 1000 emplois supplémentaires seront perdus.  Mille familles, des milliers d’amis, de cousins, de beaux-frères, d’ingénieurs, de spécialistes et d’entrepreneurs.

Nous avons l’indigne honneur d’être situés dans une région qui est suffisamment éloignée des grands centres pour ne pas avoir un potentiel de développement commercial et industriel assez diversifié qui pourrait tenter de maintenir en vie nos communautés.

Nos parents et amis qui devront se trouver un autre travail, qui prendront la route des grands centres pour une supposée vie meilleure, iront contribuer invariablement à la pollution de ceux-ci lieu de participer au développement et à la protection de notre forêt.  Parce qu’une forêt que l’on ne peut pas exploiter, c’est aussi une forêt que l’on ne peut pas protéger, découvrir, analyser, et développer d’autres manières.

Lire la suite…

Publicités

Trains qui explosent, incendies forestiers catastrophes et bloqueux professionnels

Incendie forestierMessage au bloqueux professionnels de projets.

Tu te rappelle le combat que tu a gagné en te tenant debout pour bloquer la construction du pipeline xyz parce que ça faisait bobo dans ton cœur? Ben à un moment donné, le pétrole, il faut quand même le transporter.

Et on le transporte comment le pétrole quand il n’y a pas d’océan?

Par train. Un train, c’est complètement inoffensif. Tu faisait tchou tchou avec le tien dans ton salon quand tu avait 3 ans. Bref, un train c’est beau.

Mais le train, il déraille. Comme en juin avec un déversement de 13 000 litres de diesel au Lac Mégantic et comme hier soir, en explosant dans le centre-ville.

Cependant, il n’y avait pas de pipeline, tout le monde était content.

La même chose peut se dire à celui qui saigne des yeux quand il regarde un parterre forestier fraîchement récolté. Il se fait violence pour s’assurer que plus aucun arbre ne sera coupé et ne sera satisfait que quand toute l’industrie sera complètement détruite. Les paysans des régions pourront enfin goûter au plaisir de la vie en ville et aller au bois lors des vacances. Lire la suite…