Accueil > Mission économique, Mission Harrisburg 2011 > Going to America : Les petits détails font la grosse différence

Going to America : Les petits détails font la grosse différence


J’ai entrepris jeudi dernier (le 3 février) un voyage d’affaires aux États-Unis, vers Harrisburg, Pennsylvanie (PA). Il y a de nombreuses similitudes dans notre manière de vivre et ce qui parait en surface aux États-Unis. Par contre, les petites différences cumulées produisent une trame qu’il est impossible d’ignorer.

Think Big!

Bon, c’est certainement cliché, mais il faut toujours penser plus gros.

Les gens sont en général un peu plus gros. Pas tous, il y en a qui sont en forme et même assez minces, mais la majorité sont en surpoids et certains sont vraiment énormes.  On a probablement nous aussi des gens qui sont en surpoids, mais ici, c’est la norme.

Dans un dépanneur routier sur la route 91, un peu après Newport, VT, j’ai vu des biscuits maison, emballés en paires. Imaginez que chaque biscuit se comparait au contenu d’un tube de biscuit PillsBury au complet. C’est ce que l’on appelle un biscuit de semaine. Mangez en un petit bout chaque repas.

Il existe un format de canette de boisson gazeuse 1,5 fois plus grosse que notre format normal. On le retrouve partout, y compris les choix de format de boissons, qui sont en général plus gros à portée de main.

Peut-être que cette épidémie d’obésité à fait en sorte de diminuer les capacités d’apprentissage, mais il y a des instructions que j’ai trouvé des plus intriguantes, y compris pour faire fonctionner un téléviseur.

Instructions pour faire fonctionner la télévision. Savoir lire avant de faire fonctionner la TV!

Des gens partout

Avec l’avis d’une personne que j’ai rencontrée à Lebannon avant de repartir pour Harrisburg vendredi, j’ai passé par la route I91- I84 et I81 jusqu’à Harrisburg. Même dans les endroits peu peuplés, il peut y avoir des supercenters, des centres d’achats et de nombreux restaurants. Il y a beaucoup de villes de taille moyenne, entre 15 000 et 50 000 habitants qui sont conçus avec des grattes-ciels, même s’ils sont relativement petits.

Comme image, il faudrait mettre 2 ou 3 villages dans la route du Parc des Laurentides et probablement une ville majeure à l’Étape.

Une hygiène minimale

Bon, je n’ai pas mangé à de nombreux endroits, mais disons que le concept de cabaret, de napperons, de laver les tables et même parfois de se laver les mains, c’est un peu abstrait ici.

Employees must wash hands

"Les employés doivent laver leurs mains avant de retourner au travail"

J’ai pris la première photo dans les toilettes d’un Truck-stop sur la route 91. Disons que c’est assez éloquent de voir un tel signe à destination des employés.

L’autre photo, c’est dans un Burger King, le comptoir qui devrait contenir la pompe à ketchup, les pailles et les serviettes. On vous sert votre burger dans un sac, que vous sortiez ou non. Il n’y a pas de cabarets. Les tables sont sales, pleines de débris et de frites. C’est étonnant.

Filthy Burger King

L'emplacement prévu pour distribuer le ketchup, pailles et serviettes dans un Burger King de Harrisburg, PA.

Des gens chaleureux et politisés

N’allez pas penser que tout est affreux. C’est bien le contraire. Toutes les personnes avec qui j’ai pu converser furent amicales. J’ai même pu rire un peu avec certains en discutant de mon erreur de chemin, que je raconterai dans mon autre blogue.

Ce soir, j’ai discuté politique pendant près de 2 heures avec un homme près de la soixantaine. Il est républicain, l’équivalent de conservateur au Canada. Il m’a parlé de la polémique autour de la légitimité de l’élection d’Obama, de la situation en Égypte, du fait que les citoyens sont un peu frustrés de donner autant aux autres pays.

Il n’est pas d’accord de payer plus pour un système de soin de santé commun. Il sait combien il paie en ce moment et en tant que propriétaire d’entreprise, il ne pourrait pas payer au complet l’assurance santé pour ses employés. Il trouve que si chacun paie sa partie, c’est déjà une bonne chose. Il souhaite le moins d’intervention possible du gouvernement.

Il m’a dit qu’il y a quelques années seulement, il était possible de rencontrer les sénateurs et les élus au Congrès provenant de leurs comtés ou États dans des rencontres civiques publiques. Les citoyens pouvaient poser des questions sur les décisions qui étaient prises et même indiquer leurs choix sur des débats en cours. Il dit que le lobbyisme des entreprises et groupe de pression est devenu tellement fort que ces rencontres publiques non plus autant d’influence. Cela m’a aussi intrigué de voir que les députés ou sénateurs d’un même parti peuvent voter contre leur propre parti. Probablement que le système de mise en candidature permet de s’assurer d’un minimum d’indépendance versus une ligne de parti trop rigide.

Enfin, c’est probablement un résumé trop rapide et certainement trop orienté vers les républicains, mais c’est ce que l’on entend lorsque l’on traverse les régions qui sont en dehors des métropoles.

Je vous reviendrai plus tard avec d’autres nouvelles de mes différentes missions économiques.

  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :