Accueil > Démarrage d'entreprise > Démarrage d’entreprise ultraléger 3e partie : le bonheur de l’entrepreneuriat

Démarrage d’entreprise ultraléger 3e partie : le bonheur de l’entrepreneuriat


Cet article fait suite aux articles que j’ai écrits sur le démarrage très simple d’entreprise :

Démarrage d’entreprise ultraléger 1re partie : l’inspiration!
Un plan d’affaires en 7 jours ouvrables! Démarrage d’entreprise ultraléger 2e partie.

Vous avez été nombreux à lire ces articles et j’avoue que j’ai pris mon temps pour écrire la suite de cette série. Mon projet d’entreprise me prend beaucoup de temps, mais c’est de travailler à la mise sur pied du nouveau site web du journal Q-Dpoule qui m’a volé ce qui en restait.

C’est sans prétention que je vous parle de mes expériences courantes de mon démarrage en affaires. Il est bien possible que cette aventure n’atteigne pas le succès, les écueils sont nombreux. Il se peut que la méthode que je tente d’utiliser pour démarrer en affaire ne soit pas très efficace. Il y a des chances pour que l’an prochain je vous parle des décisions que j’aurais dû prendre autrement, pour éviter des problèmes importants.

Le bonheur et l’entrepreneuriat?

Pourquoi?

Pourquoi pas!

Démarrer une entreprise peut sembler une expérience de fou, mais je ne saurais vous décrire le sentiment de bonheur qui m’accompagne depuis le début. Vous pourriez croire qu’il est difficile de travailler de longues heures chaque jour, mais ce n’est pas le cas. Dans ma tête, j’ai l’impression de flotter à 1 pied ou 2 du sol, tout en étant terre-à-terre dans mes actions.

Bien sûr, les bonnes nouvelles et opportunités qui se présentent depuis le début ont certainement une bonne part comme raisons de ma bonne humeur. Est-ce que c’est parce que je suis plus riche, plus libre, avec plus de vacances ou de temps libre? Est-ce que c’est notre liberté dans nos décisions et actions? Est-ce que je suis persuadé de réussir, sûr d’y arriver?

Pour l’instant, il est certain que je ne suis pas plus riche monétairement, en grande partie mon temps éveillé est utilisé pour l’entreprise et la notion de fin de semaine est de plus en plus floue. On est libre de nos actions et décisions, mais on travaille beaucoup plus. De toute façon, les vrais patrons c’est le client et les règles du jeu en affaires.

Comment faire en sorte d’être aussi heureux dans de telles conditions? En modifiant son système de valeur et leur ordre de priorité. Sans vouloir passer pour un gourou, je vous assure que ce qui se passe dans votre tête et votre cerveau, vous avez le pouvoir de le modifier.

Il y a exactement 4 ans, pour plusieurs raisons, je me suis remis en question. À l’époque, je ne prenais plus vraiment soin de ma personne et sans trop d’efforts particuliers, j’ai atteint le magnifique poids de 240 lb. Une photo de cet exploit est même disponible quand vous cherchez Pascal Gagnon dans Google.

4 ans de moins qu'aujourd'hui, mais j'ai l'air plus vieux!

Ayant comme objectif de conquérir la jolie dame qui m’accompagne sur la photo, j’ai dû prendre les choses en main. Tout le monde sait que l’exercice et la bonne nutrition sont à la base de ce qu’il faut faire pour perdre du poids. Mais mon cerveau n’était pas vraiment conditionné. C’est en lisant un livre de développement personnel que j’ai trouvé le moyen de m’améliorer.

Bien que le titre soit un peu pompeux, L’éveil de votre puissance intérieure d’Anthony Robbins est vraiment un bon début. Avec ce livre, j’ai pu modifier mes valeurs et découvrir comment, simplement en changeant l’ordre de priorité de mes valeurs, trouver le moyen de faire plus de sports et d’aimer le tout.

Encore aujourd’hui, j’utilise ce que j’ai appris dans ce livre pour moduler ce qui me procure du plaisir. Bien oui, moduler ce qui me procure du plaisir. Si vous ne modifiez pas ce qui est important pour votre plaisir, vous serez malheureux lorsque vous aurez à faire des sacrifices simples comme :
• Couper les repas au restaurant;
• Réduire votre forfait télé;
• Ne pas acheter le dernier bon livre de cuisine;
• Moins de sorties dans les bars;
• Moins d’escapades;
• User les mêmes vêtements plus longtemps.

Vous cernez le topo? Si vous placez une grande importance dans ces petites choses insignifiantes, vous serez malheureux dans cette phase de votre entreprise.

Où chercher le bonheur?

Est-ce que la réussite doit être la base de votre bonheur?

La fameuse réussite. On a tellement peur de l’échec au Québec que certains se demandent si je fais une bonne chose de parler de mon aventure entrepreneuriale dès le départ. Bien avant, disons-le, d’être assuré d’une réussite, si petite soit-elle.

Apprenez à baisser vos conditions de bonheur. C’est très simple, si vous vous donnez la permission d’être heureux sans avoir atteint d’objectifs particuliers, vous serez heureux.

C’est important d’aborder votre projet d’entreprise avec le bonheur en tête. Si vous placez en priorité votre projet d’entreprise, vous serez heureux à presque chaque étape de votre cheminement.

Soyez heureux quand :

• Vous avez eu votre première rencontre au CLD;
• Lorsque vous avez déchiffré l’information concernant l’incorporation;
• Lorsque vous avez effectué votre première vente;
• Quand vous aurez passé votre première commande;
• Devant les multiples joies des contacts avec la comptabilité;
• Pendant les rencontres avec votre institution financière;
• Quand vous travaillerez tard ou très tôt, chaque jour;
• Quand vous prendrez un peu de temps pour vous entrainer;
• Chaque fois que vous aurez à prendre le téléphone pour appeler un inconnu.

On parle souvent des efforts que l’on doit mettre quand on démarre une entreprise, mais en réalité, cela ne ressemble pas beaucoup à des efforts. C’est comme si vous vouliez voir le résultat le plus rapidement possible. On veut travailler encore un peu, car on sait que le résultat sera beau, intéressant ou captivant.

Il y a des choses que l’on apprend dans la vie seulement lorsque l’on devient entrepreneur. Aucuns cours universitaires en gestion ou en comptabilité ne vous montrent ce que vous apprendrez. Il existe beaucoup de travail ou d’emplois captivants, mais être entrepreneur est une chose que l’on ne peut vivre autrement dans un autre travail.

Finalement, abordez l’idée d’entreprendre avec sérieux, mais avec l’esprit léger. Avec principes, vous aurez la force et l’énergie nécessaire pour entreprendre avec entrain votre propre projet d’affaires.

Gardez votre santé en tête

Qu’est-il arrivé après avoir lu mon livre? J’ai placé le sport et la santé en priorité et je me suis entrainé 5 jours par semaine. J’ai perdu 65 livres et en août 2007, j’ai couru ma première course de 30 km. Je suis arrivé dernier, titubant et courbaturé de douleur, mais oh! combien heureux!

Une gang prête pour la course

Juste avant de partir pour mon 30 km

  1. 13 novembre 2010 à 21 h 29 min

    Quel que ce soit le résultat de tes démarches pour mettre sur pied ton entreprise Pascal, tu es déjà gagnant.

    C’est ce dont je me suis rendue compte au fil de mes expériences comme entrepreneure. Il vient parfois des moments où tu te demandes si tu vas t’en sortir et où tu te dis: « mais qu’est-ce que ça va avoir donné tout ça? »

    Justement, ça donne TOUT ça! Tout l’apprentissage, la confiance, l’expérience, les contacts, les connaissances, la fierté, le sentiment d’accomplissement, il reste TOUT ça au bout du compte. Et quand on réalise qu’on n’est absolument pas perdant sur aucun point, ça donne l’énergie pour se retrousser les manches et continuer.

    Et tu l’as dit : impossible à comprendre tant qu’on ne l’a pas vécu😉

    • 14 novembre 2010 à 15 h 46 min

      Merci beaucoup Cindy,

      C’est tellement plus simple quand on comprend que ce que ça donne, c’est beaucoup plus enrichissant que ce que l’on croit.

  2. Houssam Bouzekri
    17 novembre 2010 à 17 h 40 min

    je rejoint Cindy dans ces commentaires et je te rassure, la façon dont tu t’es lancé dans l’aventure entrepreunariale est la bonne. Pour te faire partager mon expérience française, je te précise qu’il m’a fallu 2heures (le temps d’un repas) pour prendre ma décision de me lancer dans l’aventure avec un ancien collègue de travail. Et pour éviter toutes les formalités du Plan d’affaires, j’ai demandé à ma banque un prêt à la consommation (comme si j’allais acheté une voiture de luxe). Ce n’ai que 8 ans après que j’ai fait ma première demande à la banque pour un gros emprunt pour me développer à l’international. Les chiffres étaient là et la clientèle aussi, la banque n’a pas eu besoin d’un Plan d’affaires mais juste d’un prévisionnel.
    Résultat : l’emprunt a été accordé et la nouvelle aventure à l’international est lancé. La seule chose que je voudrais te dire est la suivante « tu as eu raison de te lancé ». La faillite de l’entreprise n’est jamais un échec pour son créateur, on apprend tellement de choses que la faillite devient à son tour une expérience acquise grâce à la création. Donc quel que soit le futur tu es gagnant

    • 17 novembre 2010 à 17 h 49 min

      Bonjour M. Bouzekri,

      Je ne savais pas que j’avais des lecteurs jusqu’en France. Il est intéressant de noter que mon premier client est en France et que la première commande est là bas sur le point d’être livrée.

      C’est effectivement une bonne idée de démarrer avec le moins de difficultés possibles.

      Ici au Québec, ils demandent un plan d’affaires si on veut un soutient pour les travailleurs autonomes. Ça me permet de travailler sur le développement des affaires et des ventes à l’international. Les contacts et les développements vont bon train, même si ce ne fait que 6 semaines que l’entreprise est créée.

      Merci beaucoup pour votre commentaires.

  3. Houssam Bouzekri
    17 novembre 2010 à 18 h 38 min

    En fonction de ton domaine d’activité, je pourrais être un relais pour toi. Dans tout les cas, si tu as besoin d’une aide quelconque n’hésite pas.

    • 17 novembre 2010 à 19 h 00 min

      Il est certain que mon entreprise en est encore dans les balbutiements mais nous avons certainement des contacts avec de nombreuses entreprises qui nous permettent d’offrir différents types de produits dans des marchés différents. Je placerai un lien vers le site web de mon entreprise lorsqu’il sera plus complet.

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :