Accueil > Facebook, Marketing, Rédaction publicitaire, Twitter, web 2.0 > Twitter, Facebook et Propaganda : Comment manipuler l’opinion en démocratie

Twitter, Facebook et Propaganda : Comment manipuler l’opinion en démocratie


Pourquoi est-ce que vous êtes sur Twitter?

Pourquoi est-ce que vous avez une page Facebook pour votre entreprise?

Est-ce que vous voulez écouter ce qui se dit, se qui se propage?  Est-ce que vous voulez avoir un canal de plus pour diffuser vos information?

Est-ce que l’on peut utiliser Twitter comme un outil afin de propager vos idées au plus grand nombre de personnes possible?

Alors pourquoi est-ce que Twitter, Facebook et les autres réseaux sociaux peuvent être importants pour véhiculer un message ou une idée?

La course vers le grand nombre d’abonnés

Depuis quelques semaines et particulièrement depuis quelques jours, je n’ai pas beaucoup de temps pour interagir avec la même qualité avec mes amis sur Facebook ou les « Twitters » auxquels je suis abonné.  Malgré tout, mon compte Twitter à plus que doublé en seulement un mois, selon Twitter Counter.  C’est un outil très pratique pour évaluer votre croissance du nombre d’abonnés.

Est-ce que j’ai une stratégie?

Depuis le début, c’est la même stratégie.  Je prends l’initiative de suivre les personnes, en général francophones, qui semblent intéressantes selon leurs derniers propos.  En général c’est par des RT (Retweets) de personnes auquel je suis déjà abonné que je peu connaître ces personnes.  Dans certains cas, ils me suivent en retour.  Une bonne part de l’augmentation de mes abonnés provient de toutes sortes de pays, tel les États-Unis, le Portugal, le Japon, l’Indonésie, la Russie, l’Allemagne et de nombreux autres.

Pourquoi est-ce qu’il y a autant de gens qui me suivent alors que pour la plupart, je ne parle pas leur langue?  Je suis bilingue depuis de nombreuses années et je n’ai aucun problème à transmettre des articles ou des messages qui semble pertinents, même s’ils sont en anglais.  Par contre il est très rare que j’utilise l’anglais dans mes Tweets et presque jamais dans mon blogue. Ma ligne éditoriale est en français même si je pourrais écrire en anglais, surtout pour préparer des articles pour les PME du Québec.

Alors pourquoi autant de gens me suivent? J’en suis venu à la conclusion que parmi un certains nombre, il y en a qui me suivent pour mes recettes et certains pour mes articles sur le web 2.0.  Pour les autres, je ne suis qu’une personne de plus qu’ils ajoutent à leur liste, qui atteint souvent plus de 50 000 noms. Probablement qu’avec l’aide d’outils automatisés, ou simplement en ajoutant un grand nombre de personnes chaque jour tout en « twittant » selon leurs sujets de prédilection, ils veulent rejoindre le plus grand nombre possible.

Pour certains, les Tweets sont intéressants et il y a des liens vers des articles ou des concepts qui peuvent être intéressants.  Pour d’autres, les messages se rapprochent plus souvent du spam. Certains auraient l’idée de penser qu’ils font de la propagande pour leurs produits ou service, ce serait mal connaitre ce que propagande veut dire.

On est loin de la propagande et encore plus de la manipulation de l’opinion publique

Pour certains qui ont une formation en histoire de la communication et des relations publiques, le nom d’Edward Bernays n’est pas inconnu.  En effet, il est de ceux qui ont vécu depuis le début la naissance des relations publiques. Le livre Propaganda : Comment manipuler l’opinion en démocratie à été publié en 2008 par Lux Éditeurs.

Cette traduction inclus une présentation de M. Normand Baillargeon qui nous rappelle qu’Edward Bernays est né en 1891 et décédé en 1995.  Il est le neveu américain de Sigmund Freud et est généralement considéré comme le principal créateur de l’industrie des relations publiques.  La BBC a préparé une série de documentaires à son sujet en quatre épisodes qui s’intitule « The century of the Self (lien vers la BBC)». En fait, il a toujours fait de la propagande mais à trouvé les termes relations publiques pour éviter les connotations négatives créées par l’utilisation de la propagande par les Allemands lors de la Première Guerre mondiale.

Il fait lui-même la distinction entre la publicité intempestive qui tente de convaincre par un grand nombre de répétition et les moyens plus subtils de faire bouger l’opinion et les goûts de toute une population.

Lancer une idée ou afficher un message dans une page Facebook ou à une tribu d’abonnés Twitter pour acheter tel produits, lire tel article ou se procurer tel service qu’ils proposent ressemble beaucoup à de la publicité intempestive.

Prenons quelques exemples connus et probants pour tenter de démontrer ce qu’est la propagande dans le sens non péjoratif entendu par Edward Bernays.

De tabou social à fumer comme une cheminée, comment les femmes ont commencer à fumer

Dans les années 20, la grande majorité des femmes ne fument pas.  Cela est considéré comme un tabou autant par les hommes que par les femmes.  Ce n’est vraiment pas bien vu, même si une grande majorité des hommes fument le cigare ou la cigarette.  L’industrie du tabac, qui n’est pas considéré nocive à l’époque, il faut s’en souvenir, fait face à un problème de croissance.  Il n’y a plus beaucoup de nouveaux fumeurs car une grande majorité des hommes fument déjà.  Ils demandent alors à M. Bernays de trouver un moyen pour faire fumer les femmes.

Pour un publiciste ordinaire, une campagne promotionnelle et publicitaire aurait été produite avec de grandes affiches de femmes en train de fumer avec des slogans du genre « fumer tel marque, la marque préférée des femmes. » On imagine le style des années 20, la typographie et la femme du même genre que les publicités de Coca-Cola.  Est-ce qu’Edward Bernays s’est contenté d’une telle campagne?

Dans le reportage « The Century of the Self (lien vers le vidéo)» il est démontré comment Bernays utilise les principes de la psychothérapie pour analyser le comportement d’une masse de personnes plutôt qu’un petit groupe d’individu.  Il tente de trouver ce qui fait agir en profondeur les foules, ce qui les touchent au plus profond de leurs désirs et d’utiliser ces désirs pour leur vendre des produits qui peuvent répondre à ces besoins, à ces sentiments.

Il prend donc la peine de faire produire une analyse psychologique de la signification des  cigarettes pour les femmes par un docteur en psychologie. Le résultat est que la cigarette représente le pénis pour la femme et qu’il représente aussi le pouvoir des hommes qui empêche l’émancipation de la femme.

Bernays pense alors que la cigarette peut être un outil pour les femmes pour leur permettre d’afficher leur liberté.  Il compose la phrase « torch of freedom » ou flambeau de la liberté et il envoi un message aux médias de la nation (radios et journaux) de venir voir un groupe de jeunes femmes qui vont protester en brandissant des flambeaux de la liberté en pleine rue achalandée de New York.

Les jeunes femmes dans la vingtaine ont cousu un porte-cigarette à une jarretelle et elles ont découvert leur jambe pour ouvrir le paquet, prendre une cigarette, l’allumer et fumer ce nouveau « flambeau de la liberté. » Tout d’un coup, la cigarette et le fait de fumer pour les femmes sont devenus des moyens de brandir la liberté, de travailler à l’émancipation des femmes.  Le flambeau de la liberté représente même la torche de la statue de la liberté.  Bernays ne pouvait pas trouver de meilleur moyen pour vendre des cigarettes aux femmes.

Vendre du savon aux mères pour laver des enfants qui ne veulent pas se laver

La compagnie Ivory voulait trouver un moyen de vendre du savon aux mères ménagères mais il y avait une forte résistance des enfants pour se laver et utiliser beaucoup de savon.  Bernays a créer une campagne très forte pour créer le consentement des enfants, transpercer le mur de la résistance qui empêche l’utilisation du produit.

Avec l’aide des écoles, des musés, d’artistes et des médias, il met sur pied un concours national de sculpture de pains de savon Ivory.  C’est une campagne qui répond à plusieurs besoins.   Les écoles trouvent un moyen de motiver les enfants dans des projets intéressants.  Les artistes sont heureux de participer au jugement et créent eux-mêmes des œuvres avec le savon.  Les musés locaux, régionaux et nationaux sont partie prenante car ils présentent eux aussi des œuvres d’enfants et ils sont visités par les parents.  Même les mères trouvent que le matériel utilisé, le pain de savon Ivory est idéal car les copeaux et les mauvaises sculptures peuvent être utilisés pour la lessive.

Pour Bernays et Ivory, l’important était de rassurer les jeunes enfants dans leur manipulation du savon.  Non seulement ils n’étaient plus résistant envers le savon mais ils en étaient maintenant de fervents adeptes et consommateurs.

Est-ce que vous vendez des bas parce qu’ils sont doux?

Avant la venue de Bernays, la majorité des entreprises vendaient leurs produits en vantant leurs caractéristiques.  On vendait des bas parce qu’ils étaient doux, résistants, isolants, performants ou sans coutures. Edward Bernays a changé cette pratique en utilisant les défilés de modes et l’idée que les hommes qui ont des bas de telle marque ont plus de succès en affaires et avec les femmes.

Depuis lors on ne veut plus des bas, on veut des femmes qui trouvent que nos bas sont attirants.  Combien d’entre-vous ont arrêté de porter des bas blancs suite aux remarques de quelques femmes?  Qui lit les revues de mode?  Qui à changé le comportement des hommes?  Qui à forgé l’idée que les bas blancs avec des bandes bleues dans le haut n’étaient plus à la mode? Edward Bernays vivait encore dans les années 80-90 où le changement s’est produit au niveau de l’éradication des bas blancs.  Est-ce qu’il était en arrière de cette idée?

Dans vos publicités et dans vos communications, est-ce que vous vendez vos bas parce qu’ils sont doux?

  1. 22 juin 2010 à 19 h 44 min

    Très intéressante façon de voir les choses Pascal, et tes exemples sont très pertinents. À mon avis, ceux qui réussissent le mieux à tirer leur épingle du jeu des médias sociaux, sont ceux qui utilisent les moyens plus subtils de faire bouger l’opinion publique ou les goûts d’une population tout en étant constant dans leur présence, donc on parle ici aussi de répétition. Mais une répétition subtile où parfois le fait de s’adresser à une personne en particulier favorise le contact un à un tout en permettant de passer notre message à l’ensemble de notre communauté. La subtilité demande du temps, mais elle est efficace !

    • 22 juin 2010 à 20 h 40 min

      C’est en analysant ce qui semblait être transmis et ce qui n’est pas transmis sur Twitter et j’ai remarqué que ceux les plus transmis avaient le don d’exciter certaines parties intéressantes du cerveau et d’activer le circuit de la dopamine parmi ceux qui retransmettent les messages. C’est comme si le fait de Tweeter ou de RT a un impact sur pleins de connexions. Il est donc naturel que la psychothérapie de groupe permettrait de trouver le type de message qui permet le nombre le plus intéressant de retransmission (RT).

      Aussi, ton commentaire a fait sorte que je l’ai relu et ajusté quelque peu mon texte (surtout pour le français) merci beaucoup pour me l’avoir fait relire🙂

  2. 22 juin 2010 à 20 h 24 min

    Ouah. J’ai failli lire 2 fois cet article. Tu as un méga style.
    Quand on pense que je découvre via twitter, que tu tiens un blog, alors que nous sommes amis sur Facebook et que je ne reçois presque jamais tes messages dans mes fils de discussion. Je n’utilise pourtant aucun filtre.

    C’est le fruit de quelle propagande ça ?

    Tout ça pour dire que je serais bien intéressé de vivre une campagne de promo quelle qu’elle soit avec toi, rien que pour profiter de l’originalité de ton regard. Ce doit être assez stimulant.

    • 22 juin 2010 à 20 h 31 min

      Merci beaucoup, c’est un article que j’ai écrit il y a quelques temps, avant la diffusion de la série sur la propagande et la guerre à Radio-Canada. C’est avec un résultat de recherche inusité qu’il est revenu au goût du jour ce soir. Qui aurait cru que la phrase « porter des bas blancs au Québec » aurai donné mon article comme résultat a la 2e page de google🙂

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :