Accueil > Blogues et affaires, web 2.0 > De la guerre web 2.0 et Von Clausewitz

De la guerre web 2.0 et Von Clausewitz


Comment Carl Von Clausewitz peut trouver un écho dans votre entreprise?  Comment le développement des affaires web peut être vu sous la loupe de Clausewitz?

Est-ce que vous tentez de vendre des outils, des stratégies ou un modèle d’affaires?

Si l’entrepreneur que vous rencontrer n’a pas développé l’utilisation de son site web, comment pouvez-vous estimer qu’il pourra développer une stratégie web 2.0?

Il y a encore de nombreux entrepreneurs qui sont membre de la Chambre de commerce qui n’ont pas de courriels, on communique avec eux seulement par fax.

De la découverte de la politique des affaires web en région

Depuis quelques semaines je tente de trouver ou se situe le développement des affaires sur le web pour les entreprises de la MRC de Rivière-du-Loup.  Certaines entreprises sont bien avancées et d’autres n’y voient pas du tout l’importance d’y être.

En consultant un article de Michelle Blanc sur la désuétude des sites web d’entreprises québécoises qui présentait une étude de 300 sites web de la région de la Haute-Yamaska (pdf), j’ai eu une petite lumière qui s’est allumée.

Une conversation avec un entrepreneur de la MRC de Rivière-du-Loup vendredi m’a aussi fait avancer dans ma compréhension du relatif retard de l’utilisation du web dans les entreprises des régions du Québec.

La faible densité de population des régions du Québec hors métropole et la plus forte proximité des liens d’affaires entre les entrepreneurs affecte grandement les politiques de développement des affaires sur le web.

En région, quand on veut rencontrer un entrepreneur pour leur offrir nos services ou nos produits, on n’a qu’à téléphoner ou à se présenter.  On vous offrira même un café et du précieux temps de rencontre.

Pour les ressources humaines, c’est assez simple aussi.  Comme le nombre d’entreprises du même type est souvent limité, le sentiment d’appartenance est plus important et les employés ne sont pas facilement débauchés.  Cela exclus les problèmes de gestions ou la déficience au niveau des ressources humaines des entrepreneurs qui peuvent influencer négativement sur le taux de rétention.

Cet entrepreneur connait bien le domaine de l’informatique.  Il s’est bien développé dans le Bas-Saint-Laurent et tente maintenant de percer le marché de la ville de Québec.  Les tactiques et moyens utilisés pour se développer en région ne sont plus aussi efficaces selon ce qu’il m’a dit.

En général ses tactiques de rencontres lors des activités de la Jeune Chambre de Rivière-du-Loup, du réseau des Travailleurs Autonomes et micro-entreprises et son implication lui ont bien servi pour les premières étapes de son développement. La bonne vielle tactique du référencement de clients et d’entraide très présente en région est aussi un moteur efficace de développement. Il fait de bonnes affaires et l’entreprise se porte très bien.  Par contre les mêmes moyens utilisés à Québec doivent être adaptés pour être en mesure de se développer.

Et Carl Von Clausewitz

Von Clausewitz était un stratège militaire, un officier prussien de l’époque Napoléonienne.  Il a écrit le livre De la guerre, une référence toujours actuelle qui s’applique encore de nos jours dans l’étude de la stratégie, des sciences humaines et de la guerre en général.

Von Clausewitz est-il pertinent pour discuter du développement des affaires sur le web?

Certainement.

Il y a de nombreux articles pour montrer comment utiliser les outils ou même comment bâtir sa stratégie web 2.0 pour les affaires.  Chaque nouvel article ou livre apporte un éclairage sur une réalité peu connue pour les entrepreneurs.  Pourquoi malgré ce grand nombre de ressources les entrepreneurs ne s’y lance toujours pas?  C’est une question de politique.

Clausewitz nous indique clairement dans son livre que ce ne sont pas les fusils qui gagnent la guerre mais bien les hommes qui la font et les politiciens qui décident de l’entreprendre.  La politique doit précéder la stratégie qui elle précède la tactique.  Les fusils et les canons ne sont que des outils pour permettre de d’atteindre les objectifs poursuivis en ligne avec la stratégie qui a été dictée par la politique.

Si la politique de l’entreprise n’envisage pas le développement, qu’il soit envers une expansion géographique ou du chiffre d’affaires, l’entreprise ne sera que peu intéressée par des outils de développement, que ce soit le marketing traditionnel ou les affaires sur le web.

Une entreprise qui veut développer une clientèle en région doit trouver les entrepreneurs qui veulent se développer et croitre au moins géographiquement.  Il faut ensuite convaincre cette entreprise que le web constitue une stratégie efficace pour suivre cette politique expansionniste et que les outils web 2.0 peuvent être utilisés selon des tactiques éprouvés pour atteindre les objectifs stratégiques fixés.

Dans le cadre de la mission de la Chambre de commerce, être à l’avant-garde du développement est partie intégrante de nos actions.  Même si je travaille actuellement à la défense du maintient du service de livraison postal en main propre, la sensibilisation envers le développement des affaires sur le web, incluant le web 2.0 devrait faire partie des politiques de la Chambre.

Est-ce que vous convainquez vos entrepreneurs d’utiliser de nouveaux fusils ou est-ce que vous vous assurez que les politiques vont vous permettre de développer une relation d’affaires à long terme?

Catégories :Blogues et affaires, web 2.0 Étiquettes : ,
  1. wordpressquebec
    29 mars 2010 à 0 h 47 min

    Bonjour, vous avez écris un article qui met en lumière le besoin d’une stratégie d’affaire pour la réalisation d’objectifs d’affaire.

    Une entreprise doit savoir quelle position elle veut occuper dans son environnement. En région, malgré la grandeur du territoire le bassin de population devient un facteur limitatif de la croissance d’une entreprise.

    Les entreprises qui débutent en affaire sont souvent intéressées par des parts de marcher qui sont les plus proches d’elles. C’est une question de bon sens élémentaire.

    Au fils du temps, elles prospèrent et leur zone d’activités augmentent jusqu’à atteindre des limites conditionnées par la distance de déplacement de leur personnel ou encore de la distance d’intervention au près de leurs clients.

    Quand un territoire suffisamment grand est atteint, les approches traditionnelles qui ont permis la croissance de l’entreprise ne sont plus efficaces dans le nouveau contexte.

    C’est à ce point que se trouvent beaucoup d’entreprises matures en région. L’ouverture de nouvelles succursales dans un nouveau territoire n’est pas toujours intéressant pour les entrepreneurs fondateurs. Le risque et le réseau n’étant pas aussi maitrisé que dans leur région d’origine, les entrepreneurs restent au même niveau indéfiniment au grès de la santé économique de leur région.

    Une alternative à l’expansion via une représentation en personne est possiblement une expansion par une représentation sur l’internet.

    L’internet, plus précisément le web, offre plusieurs possibilités pour le développement d’une entreprise qui à bien identifier ses objectifs d’affaire.

    Pour une entreprise de service, le web permet d’augmenter sa visibilité par conséquent, sont public cible.

    Pour une entreprise manufacturière, le web permet de faire du recrutement de nouveaux personnels spécialisés à partir de d’autres régions qui ont un bassin de travailleurs inactifs. Pour ces mêmes entreprises, il est possible de se faire connaitre de nouveaux clients qui n’étaient pas naturellement accessibles dans la région.

    Pour les travailleurs autonomes, un site web peut devenir un outil logistique pour éviter les creux de vagues entre les saisons hautes propres à leur domaine d’affaire.

    C’est un très petit échantillon de ce que peut accomplir un site web pour une entreprise.

    La clé du succès est l’identification de besoins d’affaire pour une entreprise, la mise en place d’une solution mesurable et l’ajustement de cette solution en fonction de la réaction du public.

    Il faut aller de l’avant avec l’internet, beaucoup de compétiteurs ont déjà pris le train et gagnent des parts de marché à vos dépends. Profitez de la grande connaissance de votre domaine d’affaire et faites des affaires sur internet. La richesse que vous générerez sera bonne pour vous et pour toute votre région.

    Au Québec, aucune région ne va trop bien pour se priver des nouveaux marchés offerts par le web.

    Pour plus d’informations concrètes, vous pouvez visiter notre site web d’entreprise au :

    Merci à monsieur Gagnon pour cet article mordant d’actualité et pour sa passion du succès des affaires en région.

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :